G.722

La norme de codage mondiale G.722 normalisée par l’UIT-T permet d’obtenir en voix sur IP une qualité de voix « haute définition » (dite téléphonie large-bande). Cette qualité est obtenue par doublement de la bande de fréquence codée (50-7 000 Hz) par rapport à la qualité téléphonique usuelle dite bande étroite (300-3 400 Hz) produite par le format de codage G.711 (MIC) utilisé en téléphonie « classique » sur les réseaux RTC. L’utilisateur bénéficie donc d’une qualité d’écoute excellente.

Cette qualité est obtenue au même débit de 64 kbit/s que le G.711 « bande étroite » grâce à la technologie MICDA de codage en sous bande : les parties basses fréquences [0, 4 kHz] et hautes fréquences [4, 8 kHz] du signal sont séparées (par filtrage QMF) puis encodées et décodées séparément selon un algorithme de codage PCM différentiel adaptatif (dit codage MICDA). Cette technologie permet en outre au G.722 de fonctionner de manière très flexible (scalable) aux débits inférieurs de 56 kbit/s et 48 kbit/s. Les opérations d’encodage et de décodage se font échantillons par échantillons et n’induisent donc quasiment aucun retard de codage susceptible de nuire à l’interactivité des conversations et présentent en outre l’avantage d’être peu complexes (environ 10 MIPS) et donc peu coûteuses à implémenter. Afin d’optimiser l’usage de G.722 en VoIP, des systèmes de protection de la qualité audio contre les pertes de paquets IP sont venus récemment enrichir le standard.