Stratégie VoIP/ToIP pour une PME mono-site

Stratégie locale

L’autocom IP est installé dans le LAN sur le site de l’entreprise, il est équipé d’une carte de communication « T2 » permettant l’interconnexion entre le monde IP et le monde TDM (téléphonie). Le logiciel utilisé est Asterisk, il est totalement ouvert et disponible dans la communauté open-source.

L’entreprise dispose d’un abonnement de type T2 avec un opérateur et peut donc supporter 30 appels simultanés.

Les téléphones sont tous IP (avec adresses IP fixes ou dynamiques) et sont branchés sur le LAN.

mono site ipbx

Avantages :

–          Cette architecture est peu coûteuse et permet rapidement de déployer de la T-VoIP.

–          Le serveur sous Linux devra disposer au minimum de 2 Go de mémoire, sera bi-processeurs.

–          La carte T2 (Digium, Junghams..) s’installe rapidement. Les téléphones IP sont configurables soit directement sur l’interface locale ou via le web. Les passerelles opérateurs détaillent les différents types de cartes T0 et T2.

Inconvénients :

–          Cette architecture n’est pas redondée. Si le serveur Asterisk et/ou la carte T2 crashent, l’entreprise ne dispose plus de téléphone. On privilégiera cette approche si l’activité téléphonique n’est pas critique. Il faudra être prudent en conservant quelques lignes analogiques pour la gestion des fax et des numéros d’urgence et pour maintenir une activité téléphonique minimale.

ATTENTION : Il est parfois nécessaire de fabriquer un câble de connectique T2 entre la carte T2 et le boîtier d’arrivée de l’opérateur.

Ce type de câble n’est cependant pas la règle ; cela dépend en fait de la connectique de l’opérateur. La seule bonne méthode est donc de tester  (crossover T2, crossover classique, câble droit) jusqu’à ce que la LED de la carte T2 soit correctement allumée.